-Pour info : (Depuis le mois d'avril 08) Mes résumés, analyses, traductions, remarques,  et réflexions personnelles sont en bleu. Les articles, dépêches, rapports, résolutions ou citations sont en noir

jeudi 3 juillet 2008

Ingrid Bétancourt 6 ans et demi, Aung san suu Kyi, 12 ans !



la maison d'Aung San Suu Kyi



En voyant Ingrid Bétancourt sourire et heureuse d'avoir retrouvé la liberté, je ne peux m'empêcher de penser à Aung San Suu Kyi, une autre femme exceptionnelle et forte, qui a passé plus de 12 des 18 dernières années de sa vie soit en prison, soit en résidence surveillée, le plus souvent coupée du monde par la Junte birmane, loin de ses enfants. Malheureusement, pour elle, le cauchemar est loin d'être terminé.

Deux femmes, deux destins différents. Une "Mandela asiatique" et une "Mandela Colombienne." L'une croit en Dieu, l'autre est Bouddhiste.

Bien que la Communauté Internationale soit indignée par la prolongation de son assignation à résidence (dans une maison délabrée où elle vit seule sans pouvoir sortir) , ça s'arrête là, des mots seulement des mots mais pas d'action.
Les résolutions du Conseil des Droits de l'Homme se suivent mais ne sont pas efficaces. La dernière en date, celle du 12 juin, mentionne pourtant:

"....Profondément préoccupé par la décision de prolonger une fois de plus l’assignation à résidence de la Secrétaire générale de la Ligue pour la démocratie, Aung San Suu Kyi, prise par les autorités le 27 mai 2008, et par les renseignements selon lesquels il y aurait dans le pays 2 000 autres prisonniers politiques, souvent détenus sans avoir été inculpés et dans des lieux inconnus..."

Quant au Parlement Européen il condamne également cette situation dans sa résolution du 19 juin, en ces termes :

"..considérant qu'Aung San Suu Kyi, secrétaire générale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), a été assignée à résidence, en tant que prisonnière politique, treize des dix-huit dernières années; que, de surcroît, 1 900 personnes sont incarcérées dans d'atroces conditions, simplement pour avoir exprimé le vœu d'introduire la démocratie en Birmanie ou protesté contre la tenue d'un référendum sur la constitution.... "

Mais malgré ces belles paroles, et puisque que la junte n'a que faire des résolutions de la Communauté Internationale, qui va intervenir pour libérer Aung San suu Kyi, alors même que sa détention est parfaitement illégale ? Personne! Pourtant elle est Otage de la Junte, comme les centaines de prisonniers politiques emprisonnés dans des conditions terribles. Torture, mauvais traitement, absence de soins médicaux et de nourriture c'est le quotidien des "prisonniers politique" en Birmanie. La junte est bien plus intransigeante que les "FARC", pourtant personne ne la menace vraiment.

Je suis très heureuse que Ingrid soit libre, mais je regrette qu'il n'y ait jamais eu autant de mobilisation pour la dame blanche. Qui se soucie aujourd'hui de la "dame de Rangoon" ?

"Usez de votre liberté pour promouvoir la nôtre"






2 commentaires:

Olivier SC a dit…

Kathy, le sujet n'est pas abandonné, mais/et, les blogs, c'est aussi une aventure webienne (je me comprends).

J'ai lié ton article dans ma réponse à ton commentaire dans, donc : Ingrid libre.

Kathy a dit…

Je sais bien que pour toi le sujet n'est pas abandonné, cette réfléxion, en commentaire sur ton blog, c'était en général et non en particulier. Je sais que malheureusement ni la Birmanie ni Aung San Suu Kyi n'ont jamais mobilisé les foules et c'est cela qui me chagrine.